LA PROCHAINE EXPOSITION !

 

Elle déchire, Eugénie... Elle déchire et construit ainsi son oeuvre. A pleines dents, armée de ruban Scotch® elle arrache et transmute des extraits choisis de journaux, livres, images d'époque, et aujourd'hui capte  les inter-plans de séquences vidéos et films cultes. Faits divers ou vers de Baudelaire, icônes décalées, artistes engagés ou héroïnes romantiques, elle sélectionne de son art numérique sublimé de peinture et/ou de bombe aérosol, le substrat de ce qui devient peu à peu un tableau. Et comme autant de pansements sur une plaie à vif, par petites bandelettes peintes où adhérent les mots, les symboles et les couleurs, elle compose. Par terre, à même le sol, les bandes adhésives Scotch® en guise de pinceau, du fond des tripes elle scratche et « scotche » patiemment ce qui lui parle. Et peu à peu, sous les épaisseurs du ruban Scotch® émergent sur une toile de nouvelles images de ses héros, avec cette part d’ombre et de mystère qui les rend tellement mortels.

Son histoire avec le ruban Scotch® commence comme un poisson d’avril, le 1er avril 1999. Installée à Paris, à Montmartre, entourée d'artistes elle cherche dans l'art (cirque, chanson) son moyen d'expression salvateur. C'est son père, artiste peintre, musicien et parolier, qui ce jour là, lui indique sa voie. « C’est là qu’il m’a dit qu’on pouvait faire de l’art avec peu de chose...». Lui-même adepte du collage minimalisme et des messages double face, il s’empare d’un rouleau de ruban Scotch® traînant par là et d'un journal du jour. « J'ignorais alors jusqu’à ce jour, qu'un simple rouleau d’adhésif Scotch® devenait un Phénix, et l'instrument majeur de mes créations ». Ainsi naîtra sa toute première œuvre « scotchée ». Dès lors, la belle ne cessera plus d’arracher et d’en remettre des couches sur l’encre imprimée, sur sa propre vie comme une douce rémanence.

La jeune artiste autodidacte, encouragée par quelques galeristes qui croient en elle, commence à vendre, affirme sa gestuelle et peaufine une technique très personnelle. 

Eugénie Fauny est née le 18 mai 1974  à ST-LO dans la Manche.  

 

 

 

JM ROBERT imite les effets de patine, de salissure et de dégradation qu'il observe sur les façades d'immeubles. S'inspirant de l'art urbain et des peintres de la fin du 20ème siècle, il élabore son propre style.

Dans un graphisme incisif et percutant, l’artiste peint façon pochoir des visages féminins qu’il sublime sur des fonds abstraits qui reprennent les effets dégradés, arrachés et détériorés des murs urbains. Les toiles de JM Robert sont vives et sensiblement belles. 

Toutes les oeuvres exposées ICI

 

 

 

Alex Bardel mélange les genres dans sa peinture figurative narrative et symbolique. Il a cette audace qui est d’installer dans ses toiles des hommes illustres anciens ou contemporains, des personnages extirpés de réclames ou comics des années 50 dans des lieux incongrus et improbables. L’artiste crée des univers insolites, des mises en scènes absurdes et burlesques dans un humour caustique et coloré. 

 

 

Marqué très tôt par les expériences des pointillistes que sont Seurat et Signac puis plus près de nous, dans les années 60, inspiré par le travail d'artistes comme Alain Jacquet, Douda revisite la thématique du point en le considérant comme entité propre. Jouant sur la taille et sur la valeur chromatique de chaque pastille qu'il imprime sous plexiglas, il restitue des formes qui nous donnent plusieurs lectures. Selon que l'on se trouve près de l’œuvre ou qu'on s'en éloigne, qu'on la regarde de face ou de biais, les perceptions visuelles basculent et l'esprit peut s'arrêter librement à chacune d'entre elles. Tout aussi bien, il peut reconstituer par extrapolation des scènes figuratives quasi photographiques. Ainsi, le travail de Douda oblige à suivre le cheminement bien connu du "visiteur de musée" qui s'approche de la toile à l'effleurer du visage, pour en apprécier le "détail" puis qui recule de quelques mètres pour en saisir toute l'ampleur. 

 

 
 
Pierre-Loup Auger, du haut de ses vingt ans nous plonge dans des rêves aux multi-faces monochromes, ses minutieux coups de marqueurs noirs, se chevauchent et nous laissent à penser que Pierre-Loup dessine aussi vite qu'il pense..
Son univers est bercé par la beauté de ses personnages et par d'étranges créatures.. 
Pas la peine d'écrire et de décrire les oeuvres de Pierre loup car on lit ce qu'il dessine. 
 
 
 
Quand on est italien, street artiste et que l’on s’appelle Alessio-B, exposer à Grenoble chez Nunc ! est une évidence.
Pour nombre d’artistes transalpins, « la capitale des Alpes », est le souvenir de la porte d’entrée en France, de tant de leurs compatriotes.
Chez Nunc ! Grenoble, nous tenons à montrer le travail d’artistes européens.
Alessio-B, est de Padoue (Italie), son travail artistique relève de l’urbain. Attaché au détournement de messages et d’images, l’artiste nous raconte avec sympathie que la vie est aussi un sourire et un grand clin d’œil. Le thème de l’enfance joyeuse et insouciante est chez Alessio-B une récurrence qu’il transmet avec force et optimisme.
Nunc ! Grenoble, expose ici un artiste plasticien de réputation internationale plébiscité récemment à la biennale de Venise. 
Pour l'occasion, seront présentés, et en collaboration avec la marque de bagagerie "Roncato", un set de 3 valises en série limitée, ainsi que des T.shirts de "Redpositive.it", au design de l'artiste.

 

 

 

“Tout ce qui nous concerne, passera bientôt sous la plume de Levalet".
Aussi délicates qu’insolentes, autant graphiques que désopilantes, les silhouettes collées de Levalet apparaissent aux murs d’endroits sélectionnés par l’artiste pour un message approprié au lieu, à l’époque, à l’habitude. D’attitudes et de gestes quotidiens, l’artiste saisit l’arrêt sur image de corps anonymes en action. Levalet dessine “la taille humaine” à l’encre de Chine pour plus de contrastes, d’expressions, et de réalisme. L’emploi de la couleur n’intervient que par touches précises, ponctuant un détail ou un objet. On retrouve dans ses oeuvres, des postures mimées et accentuées dont l’influence trouve son origine chez les précurseurs du cinéma, comme Etienne Jules Marey.

 

 

Jadikan est un light painter, un explorateur d’art urbain.
Il œuvre de nuit, en général dans des lieux cachés ou difficiles d’accès, en choisissant avec soin l’environnement dans lequel il va « lighter ».
L’artiste va cadrer puis danser autour de son sujet, avec ses différentes lampes, alors que son appareil shoote en pause longue.
Jadikan met en lumière au fil des secondes une scénographie lumineuse qui ne fera apparaître sur la photographie que ce qui aura été éclairé.
Considéré comme «le virtuose de la lumière» par le magazine Réponse Photo, Jadikan expose ses travaux de light painting en France et à l’étranger depuis 2009. 
Invité par le Salon de la Photo pour représenter cette discipline, par WWF pour une performance sur le parvis du Trocadéro, ainsi qu’au Miami Art Fair, son expérience de performeur dans ce domaine n’est plus à démontrer. Il étend son art à celui du portrait, et vient de collaborer avec la maison Yves St Laurent pour son événement Studio Lumière.

 

Elles sont l’avenir de l’homme, de tout temps et pour tous les temps. Les artistes contemporains urbains ne cessent de le dire, de l’écrire, de le montrer. Les “Belles de murs” font partie désormais de notre univers citadin, collées, graffées, bombées, peintes, elles dénoncent, grondent, provoquent, charment en flagrante liberté et en étonnante modernité. L’exposition collective “Belles de Murs”  réunit et présente par les oeuvres rassemblées une vision large, libre et évocatrice de la féminité.  

 

 

 

Le 12 octobre, Nunc! vous invite à son inauguration ! Et pour fêter ça,nous déclarons le site internet de Nunc! gallery, bookstore & more… ouvert! Merci à tous les artistes participant à cette première exposition et à leur confiance. Nunc! c'est NOW !